Agir localement pour changer l’avenir

0
67

« C’est à l’échelon le plus local et dans la plus grande proximité que nous pourrons rénover notre démocratie », écrivent les auteurs de cette tribune. Qui en appellent à l’engagement local de toutes celles et ceux souhaitant ouvrir un nouvel horizon commun.

Les urgences écologiques et sociales concernent désormais l’ensemble de la population. Nous sommes tous interpellés par les perspectives inquiétantes de notre avenir, parce que nous sommes tous parent, frère ou sœur, voisin·e, ami·e. Les crises que nous connaissons, par leur diversité, suscitent la prise de conscience que le modèle de développement est à bout de souffle. Nous sentons ce besoin de redéfinir de nouveaux lendemains qui chantent.

Pour autant, beaucoup ne savent pas comment agir pour avoir prise sur le cours de l’histoire, qui semble toute tracée. Beaucoup d’entre nous se sentent dépassé·e·s et sans capacité d’action suffisante. Cette absence de perspective interroge le sens que nous pouvons trouver dans notre destin individuel et collectif et par conséquent nourrit les méfiances quant à la réalité de notre démocratie.

Nous devons retrouver cette dimension de notre humanité. Nous devons nourrir « l’animal politique » que nous sommes. Nous devons retrouver notre capacité à appréhender un horizon commun, et à pouvoir participer activement à sa définition et à l’atteinte de ses objectifs.

L’échéance électorale de mars 2020 offre une formidable occasion pour réapprendre, ensemble, l’exercice d’une citoyenneté active et reprendre en main notre destin. C’est à l’échelon le plus local et dans la plus grande proximité que nous pourrons rénover notre démocratie.

Rien n’est compliqué. Tout est accessible. Et tout s’invente

La commune a cette particularité qu’elle permet de faire correspondre sur un territoire un projet de société avec une communauté d’individus capables de s’y reconnaître et de la mettre en œuvre. La commune, et notamment, les communes de petite taille, ont cet avantage de pouvoir être le lieu d’une réappropriation de la citoyenneté et de la politique par le plus grand nombre, de l’exercice de l’intelligence collective, elles peuvent être le terreau de l’innovation territoriale qui nous permettra de construire les débuts de solutions aux enjeux planétaires auxquels nous sommes confronté·e·s.

Bien des médias assènent l’image d’une politique communale lourde, fatigante, exigeante, parfois ennuyeuse. Si nous reconnaissons le contexte délicat que traversent actuellement les élu·e·s de nos territoires, pour autant nous croyons à une autre manière de faire de la politique, en ne s’abritant pas derrière des contraintes gestionnaires et en repositionnant la parole et le rôle de l’élu·e à une place clairement politique. Certain·e·s le font. Ici et là s’invente à tâtons une nouvelle manière de faire de la politique, où l’élu·e devient davantage l’animateur et l’animatrice des ressources citoyennes de son territoire, bénéficiant de nombreux appuis et relais et n’assumant plus seul toutes les charges de sa fonction.

Rien n’est compliqué. Tout est accessible. Et tout s’invente. À la condition que chacun·e s’engage désormais au niveau local, en laissant sur le bas-côté les idéologies hors-sol et les postures partisanes. Nous avons besoin de la naïveté des citoyen·ne·s ordinaires, pour oser rompre avec les habitudes ancrées d’une pensée politique, souvent trop cloisonnée ou fonctionnelle, empêchant de saisir la globalité qui pourtant coule de source dans une pensée du bon sens. Grâce à vous, nous oserons penser différent, nous sortirons du découpage des compétences, nous oserons penser enfin un projet de société global et ambitieux. D’abord porté par des communes fortes et vivantes, portes d’entrée de notre démocratie républicaine, qui retrouvera ainsi tout son sens.

Alors, engagez-vous, comme vous êtes, là où vous en êtes et où vous êtes. Allez-y d’autant plus si vous vous sentez éloigné·e de la politique car elle vous appartient. Allez simplement, sans vous faire peur, même si tout n’est pas parfait car nous aurons tout le temps ensuite d’affirmer davantage nos méthodes de travail et notre projet.

Rassemblons-nous. Ne restons pas esseulé·e·s sur nos territoires. Rapprochons-nous pour échanger, sur nos visions, nos méthodes, nos projets. Construisons ensemble à partir de nos territoires réappropriés ce grand chantier de réinvestissement global de notre République.

Rassemblons-nous, pour ouvrir une nouvelle voie politique, partant des territoires

Vous qui avez déjà engagé ce travail. Vous les collectifs citoyens, vous les animateurs et animatrices de réseaux sur les transitions démocratiques, sociales, écologiques, sur la résilience territoriale, sur les communs, sur le municipalisme. Vous les chercheurs et chercheuses engagé·es qui placez le fait démocratique au centre de vos études. Vous les femmes et les hommes politiques d’hier et d’aujourd’hui conscient·es et de bonne foi, prêt·es à vous engager dans un travail d’ouverture et de transmission.

Rassemblons-nous, pour ouvrir une nouvelle voie politique, partant des territoires, qui seule sera capable de réhabiliter notre rôle de citoyen·ne, de porter la diversité et l’innovation capable de répondre à la complexité des enjeux actuels et de réconcilier local et global.

Osons sur cette base solide refonder notre édifice républicain en nous réappropriant la politique à tous les étages, et porter un nouveau projet de société qui seul sera en mesure de faire barrage aux dérives de violence et d’exclusion.

L’heure avance. Il est tard. Engagez-vous !

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here