« Hygimed » la meilleure solution de traitement des déchets hospitaliers

0
1060

Les activités médicales protègent la santé, guérissent et sauvent des vies. Mais que dire des déchets et des sous-produits qu’elles génèrent ? Bien documentée, la gestion des déchets biomédicaux est une préoccupation majeure pour les hôpitaux mais aussi pour l’environnement. La gestion des déchets biomédicaux va de la production à la collecte en passant par la manipulation, le stockage, le traitement, le transport et l’élimination. Entouré d’une équipe d’ingénieurs israéliens, Amit Sheleg propose une solution, une technologie efficace et avantageuse : le système Hygimed. Développé par son équipe, ce système consiste en une machine qui transforme les déchets biomédicaux en déchets ordinaires en les déchiquetant sur place tout en procédant à une désinfection chimique. Amit a tapé dans le mille et fait désormais partie de la phase d’incubation de SwitchMed !

Selon l’Organisation mondiale de la santé, environ 16 milliards d’injections sont effectuées chaque année dans le monde. Cependant, toutes les aiguilles et seringues ne sont pas correctement éliminées. Malgré une nette diminution du nombre d’injections effectuées à l’aide d’aiguilles et de seringues contaminées dans les pays à faible revenu ou à revenu intermédiaire, en 2010, les injections à risque étaient encore responsables de 33 800 nouvelles infections par le VIH , de 1,7 million d’infections par le virus de l’hépatite B et de 315 000 infections par le virus de l’hépatite C. Dans les pays en développement, la récupération sur les sites d’élimination des déchets et le tri manuel des déchets dangereux dans les établissements de santé créent des risques supplémentaires pour la santé.

Sur la quantité totale de déchets générée par les activités de santé, 15 % sont considérés comme des matières dangereuses pouvant être infectieuses, toxiques ou radioactives. Voilà pourquoi les déchets biomédicaux représentent un risque pour la santé publique. Le risque d’exposition aux déchets biomédicaux ne concerne pas que les professionnels, qu’il s’agisse du personnel médical ou des employés chargés de l’assainissement et de la manipulation des déchets, mais aussi les patients et le grand public. D’autre part, si les déchets biomédicaux ne sont pas correctement gérés et éliminés, les agents pathogènes et les polluants toxiques peuvent être rejetés dans l’environnement. Par exemple, les sites d’enfouissement peuvent contaminer l’eau potable s’ils ne sont pas correctement construits. Lors de leur incinération, si la combustion des déchets médicaux est insuffisante, des polluants tels que des agents cancérogènes peuvent être libérés dans l’air, entraînant dans leur sillage toute une kyrielle d’effets néfastes pour la santé humaine.

« Le système Hygimed peut être amorti en moins d’un an »

Le marché regorge de solutions censées apporter une réponse à ce problème. Néanmoins, aucun d’entre elles n’est assez efficace. « Une solution médiocre n’offrira qu’un résultat médiocre », indique Amit Sheleg qui ajoute que, « malgré les efforts déjà déployés pour proposer des solutions, la mise en œuvre de bonnes pratiques reste insuffisante dans le domaine du traitement des déchets ». Amit s’est joint au groupe « Maabarot », une équipe d’ingénieurs qui conçoit des machines intelligentes pour le marché israélien, afin de participer à cette aventure commerciale. L’équipe Maabarot estime que les hôpitaux et les centres médicaux devraient mieux protéger la santé publique en réduisant le volume et la toxicité des déchets biologiques qu’ils produisent.

« Une mauvaise gestion des déchets médicaux viole le droit des personnes à un environnement sain »

Après consultation, en phase initiale, de différents experts issus des hôpitaux locaux, il aura fallu 3 ans de travail acharné pour qu’Amit et l’équipe Maabarot parviennent à développer une solution technique et à l’améliorer significativement. Cette solution s’appelle Hygimed. Avec cette machine, la mise en place d’un système plus écologique de gestion des déchets devient extrêmement facile et pratique pour les hôpitaux, que ce soit dans les pays développés ou en développement, explique Amit. Il ajoute qu’Hygimed est un processus innovant de déchiquetage et de désinfection chimique simultanée des déchets biomédicaux en déchets sanitaires.

Regardez la vidéo ci-bas pour découvrir cette solution technologique

 

Par rapport aux autres solutions, Hygimed est un procédé à froid produisant relativement peu d’odeurs et d’humidité et ne nécessitant que très peu d’entretien. Le procédé de stérilisation repose sur une formule biodégradable et le système consomme peu d’énergie, de sorte que son empreinte sur l’environnement reste modérée. Enfin, le déchiquetage et la désinfection étant combinés, le système permet à la fois d’obtenir une machine de plus petite taille, d’en réduire le coût et de traiter un plus gros volume de déchets par heure. Dès lors, il devient considérablement moins nécessaire de faire appel à des transports spéciaux et coûteux vers les sites de traitement municipaux. L’investissement dans cette technologie peut être amorti en moins d’un an. Il existe maintenant une toute nouvelle machine à la fine pointe de la technologie pour répondre aux besoins des hôpitaux, promettant une réelle réduction de leurs dépenses, déclare fièrement Amit.

bio-medical-waste_THE AASHIM CHATTERJEE BLOG.jpg

Source: The Aashim Chatterjee Blog 

« Hygimed est une solution innovante, abordable et très simple pour les pays développés et en développement ».

Ingénieur en électronique et titulaire d’un MBA, Amit vit en Israël, dans un kibboutz vert situé en milieu rural. Malgré son expérience et son instruction en tant qu’entrepreneur vert, ce n’est qu’en travaillant dans une exploitation piscicole de carpes Koï qu’il a pleinement pris conscience des efforts que le monde devrait faire pour préserver la salubrité de son environnement. Le déclic s’est produit en 2001 au moment où toute la population de carpes Koï d’Israël avait été exterminée par une épidémie. Amit a pris les devants en 2003 et a compris pour la première fois ce que signifie un environnement sûr. Même si le lien entre les carpes Koï et les déchets médicaux ne saute pas aux yeux, en étant en Master environnement orienté en économie internationale, j’ai été initié au risque potentiel que représentent les déchets hospitaliers dangereux éliminés par incinération ou enfouissement. Ce sujet n’a jamais cessé de me passionner, explique Amit.

Depuis lors, Amit croit fermement que les déchets biomédicaux doivent être convenablement traités là où ils sont produits. Voilà pourquoi cette machine est spécialement conçue pour les hôpitaux, ce qui leur permet de mettre en place un système plus écologique de gestion des déchets pour un environnement plus sûr.

Amit fait désormais partie de la phase d’incubation de SwitchMed. Avec Hygimed, Amit n’en est pas à son coup d’essai puisqu’il fait partie des 3 cofondateurs d’IPV, une start-up dédiée à l’énergie solaire. C’est parce qu’il a correctement développé et présenté son projet commercial vert qu’il bénéficie du programme SwitchMed. Jusqu’à présent, SwitchMed soutient pleinement mes efforts, notamment en termes de coaching, déclare Amit. Après avoir prouvé le concept, et vendu les 2 premières machines l’équipe est actuellement est entrain de tester un premier prototype en collaboration avec les autorités israéliennes et a l’intention de mener sous peu un essai pilote dans l’un des plus grands hôpitaux du pays.

Hygimed s’est présentée pour la première fois au monde lors de la MEDICA fair, le plus grand salon de l’industrie pharmaceutique qui a eu lieu le 17 novembre 2017 à Düsseldorf, en Allemagne.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here